Franklin Boukaka-Nou Ka Sonjé
16 avril, 2010 @ 8:43 EXCEPTIONNEL

finetfinfrankin.jpg 

      Franklin Boukaka-Nou Ka Sonjé

Image de prévisualisation YouTube

Remember Franklin Boukaka
Franklin Boukaka est né le 10 octobre 1940 à Brazzaville

(le 23 février) où il est exécuté en compagnie d’autres personnes considérées comme « défavorables au régime ». Franklin Boukaka n’avait que 32 ans.
En 1970 paraît le disque du chanteur congolais, Congo Brazza, Franklin Boukaka. L’album intitulé « le Bûcheron » s’impose bientôt comme un disque de référence auprès d’un large public, tant grâce au talent de l’auteur qu’à son engagement, dans l’Afrique de l’après-indépendance.

MANU Dibango, qui n’a pas encore accédé à la notoriété internationale avec son fameux tube « Soul Makossa », est le directeur musical de l’album (arrangements et direction de l’orchestre), et tient le piano. Le style très pur de Boukaka fait merveille. L’album « Le Bûcheron » sera considéré comme un chef-d’œuvre.

Image de prévisualisation YouTube

Franklin Boukaka est né le 10 octobre 1940 à Brazzaville. Il obtient en 1956 son certificat d’Etudes Primaire, et commence la musique via des orchestres de jeunes à Bacongo, un quartier de Brazzaville. En 58 participe à la création d’un orchestre, « Négro Band », puis joue avec divers orchestres tant au Congo qu’au Zaïre. Au milieu des années 60, il enregistre quelques chansons dont certains seront reprises dans l’album « Le Bûcheron », mais c’est en 1970 que Boukaka va accéder à une notoriété internationale
Ses chansons telles que « Le Bûcheron » qui contient la phrase devenue culte « Aye Africa, Eh eh Africa, Oh liberté (Lipamba) » ou les « les immortels » sont devenus des standards de la musique africaine. Une chanson comme « Pont sur le Congo » célèbre l’unité des deux Congo. Boukaka chante en lari (sa langue natale), en français, et en lingala.

En 1972, à la suite d’une crise politique au Congo, Marien Ngouabi, le président, est contesté. La tentative de putsch contre lui échoue le 22 février. Ses hommes de main dressent une liste de suspects sur laquelle figure Boukaka. Il est arrêté sur ordres de Joachim Opango, alors chef d’Etat-major général de Ngouabi. Opango deviendra plus tard président du Congo.

Il est conduit sur un terrain vague le lendemain du coup d’Etat (le 23 février) où il est exécuté en compagnie d’autres personnes considérées comme « défavorables au régime ». Franklin Boukaka n’avait que 32 ans. L’une des plus belles voix qu’ait produit le continent africain venait de s’éteindre à jamais. Mais même mort, Boukaka continuait de déranger. Ses chansons furent donc interdites de diffusion à la radio et censurées au Congo, même si elles continuaient de circuler sous le manteau car malgré le censure, le message de Franklin Boukaka restait vivace.

« Tout homme doit mourir un jour, mais toutes les morts ne se valent pas » Franklin Boukaka

Qu’avait donc fait de si terrible Franklin Boukaka pour être assassiné à la va-vite et sans aucune autre forme de procès ? Il semble que ses chansons dérangeaient au plus haut point le président Marien Ngouabi que Boukaka visait dans une de ses chansons, « Inua Ya Ngombè » : « Inua ya ngombè ». « Tala munwa u dia ngombe, wa meno wayuku bikola e mama… disait notamment Boukaka dans sa chanson, ce qui signifie à peu près « regardez la bouche qui se nourrit de viande et de bonne chair pendant que la mienne se contente de petites légumes ». Il visait les dirigeants congolais, qui « s’empiffraient » pendant que le petit peuple était entrain de mourir de faim.

Image de prévisualisation YouTube

Le régime n’a pas supporté ces critiques. Franklin Boukaka meurt en laissant un fils, Malcolm, comme Malcolm « X », en hommage au leader noir américain, également trop tôt disparu.

En 1999, Passi et Bisso na Bisso reprendront la chanson de Franklin Boukaka dans leur album « Racines », une façon de rendre hommage à ce grand musicien. Presque visionnaire ou prophétique, Franklin Boukaka disait dans sa chanson « Les immortels » que tout homme devait mourir un jour, mais que toutes les morts n’avaient pas la même valeur…

« Les Immortels »

Africa mobimba e ……………………….(L’Afrique tout entière)
Tokangi maboko e ……………………….(A croisé les bras)
Tozali kotala e ………………………..(Nous observons impuissants)
Bana basili na kokende…………………..(La perte de ses enfants)
Bana basili na kotekama e ……………….(Le trafic de ses enfants)
Na banguna a …………………………..(Auprès des ennemis)
Tolati mokuya ata maloba te ……………..(Silencieux, nous avons porté un voile noir de deuil)
Congo na bana Africa baleli ……………..(Le Congo et l’Afrique fondent en larmes)

Oh o Mehdi Ben Barka ……………………(Oh ! Mehdi Ben Barka)
Mehdi nzela na yo ya bato nyonso………….(Mehdi, ta voie est celle de toute l’humanité)
Mehdi nzela na yo ya Lumumba……………..(Mehdi, ta voie est celle de Lumumba)
Medhi nzela na yo ya Che Guevara………….(Mehdi, ta voie est celle de Ché Guevara)
Medhi nzela na yo ya Malcom X…………….(Mehdi, ta voie est celle de Malcom X)
Medhi nzela na yo ya Um Nyobe…………….(Mehdi, ta voie est celle de Um Nyobe)
Medhi nzela na yo ya Coulibally…………..(Mehdi, ta voie est celle de Coulibally)
Medhi nzela na yo ya André Matsoua………..(Mehdi, ta voie est celle de André Matswa)
Medhi nzela na yo ya Simon Kimbangu……….(Mehdi, ta voie est celle de Simon Kimbangu)
Medhi nzela na yo ya Albert Luthuli……….(Mehdi, ta voie est celle de Albert Luthuli)

Oh ya Tiers-monde ………………………(Oh ! celle du Tiers-Monde)
Oh ya libération ya ba peuple ……………(Oh ! celle de la libération des peuples)

 Image de prévisualisation YouTube

Vous pouvez écouter quelques chansons de Franklin Boukaka sur www.myspace.com/franklinboukaka

Paul Yange © grioo.com 13.02.2007

Lire aussi :
Franklin Boukaka, le poète assassiné en 1972
Franklin Boukaka, John Lennon, Marvin Gaye, Kurt Cobain : mourir dans l’énigme

Franklin Boukaka -Nou Ka Sonjé
Album : Franklin Boukaka -Nou Ka Sonjé
Franklin Boukaka est né le 10 octobre 1940 à Brazzaville (le 23 février) où il est exécuté en compagnie d'autres personnes considérées comme « défavorables au régime ». Franklin Boukaka n'avait que 32 ans.
10 images
Voir l'album

En 1970 paraît le disque du chanteur congolais (Congo Brazza !) Franklin Boukaka. L’album intitulé « le Bûcheron » s’impose bientôt comme un disque de référence auprès d’un large public, tant grâce au talent de l’auteur qu’à son engagement, dans l’Afrique de l’après-indépendance.

Manu Dibango, qui n’a pas encore accédé à la notoriété internationale avec son fameux tube « Soul Makossa », est le directeur musical de l’album (arrangements et direction de l’orchestre), et tient le piano. Le style très pur de Boukaka fait merveille. L’album « Le Bûcheron » sera considéré comme un chef-d’œuvre.

Franklin Boukaka est né le 10 octobre 1940 à Brazzaville. Il obtient en 1956 son certificat d’Etudes Primaire, et commence la musique via des orchestres de jeunes à Bacongo, un quartier de Brazzaville. En 58 participe à la création d’un orchestre, « Négro Band », puis joue avec divers orchestres tant au Congo qu’au Zaïre. Au milieu des années 60, il enregistre quelques chansons dont certains seront reprises dans l’album « Le Bûcheron », mais c’est en 1970 que Boukaka va accéder à une notoriété internationale.

Ses chansons telles que « Le Bûcheron » qui contient la phrase devenue culte « Aye Africa, Eh eh Africa, Oh liberté (Lipamba) » ou les « les immortels » sont devenus des standards de la musique africaine. Une chanson comme « Pont sur le Congo » célèbre l’unité des deux Congo. Boukaka chante en lari (sa langue natale), en français, et en lingala.

En 1972, à la suite d’une crise politique au Congo, Marien Ngouabi, le président, est contesté. La tentative de putsch contre lui échoue le 22 février. Ses hommes de main dressent une liste de suspects sur laquelle figure Boukaka. Il est arrêté sur ordres de Joachim Opango, alors chef d’Etat-major général de Ngouabi. (Opango deviendra plus tard président du Congo).

Il est conduit sur un terrain vague le lendemain du coup d’Etat (le 23 février) où il est exécuté en compagnie d’autres personnes considérées comme « défavorables au régime ». Franklin Boukaka n’avait que 32 ans. L’une des plus belles voix qu’ait produit le continent africain venait de s’éteindre à jamais. Mais même mort, Boukaka continuait de déranger. Ses chansons furent donc interdites de diffusion à la radio et censurées au Congo, même si elles continuaient de circuler sous le manteau car malgré le censure, le message de Franklin Boukaka restait vivace.

Franklin Boukaka-Nou Ka Sonjé dans EXCEPTIONNEL quote_left Tout homme doit mourir un jour, mais toutes les morts ne se valent pas quote_right dans EXCEPTIONNEL

Qu’avait donc fait de si terrible Franklin Boukaka pour être assassiné à la va-vite et sans aucune autre forme de procès ? Il semble que ses chansons dérangeaient au plus haut point le président Marien Ngouabi que Boukaka visait dans une de ses chansons, « Inua Ya Ngombè » :  » Inua ya ngombè ». « Tala munwa u dia ngombe, wa meno wayuku bikola e mama… disait notamment Boukaka dans sa chanson, ce qui signifie à peu près « regardez la bouche qui se nourrit de viande et de bonne chair pendant que la mienne se contente de petites légumes ». Il visait les dirigeants congolais, qui « s’empiffraient » pendant que le petit peuple était entrain de mourir de faim.

Le régime n’a pas supporté ces critiques. Franklin Boukaka meurt en laissant un fils, Malcolm, comme Malcolm « X », en hommage au leader noir américain, également trop tôt disparu. En 1999, Passi et Bisso na Bisso reprendront la chanson de Franklin Boukaka dans leur album « Racines », une façon de rendre hommage à ce grand musicien. Presque visionnaire ou prophétique, Franklin Boukaka disait dans sa chanson « Les immortels«  que tout homme devait mourir un jour, mais que toutes les morts n’avaient pas la même valeur…

/////////////////

http://www.manoradiocaraibes.com     

http://www.manoretro.com

http://manoloutoby.com/   

http://fr-fr.facebook.com/ 

Portable:0696919145 

 

Portable:0696840553

-manoretro
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus