Mano Radio Caraïbes MartiniqueEmission Créole « Sa Zot Ka Fe » (9H-11H)Invité : Georges BRIVAL 
Vign_Georges_BRIVAL_merci_ws1027488723

Mai 1966 Quatre yoles aux noms évocateurs : « Etoile, Frisson, Mouette, Odyssée » osent ce • qui deviendra cette aventure extraordinaire, sans pareille : Ie tour de la De la Martinique.Elles y parviendront avec le concours des marins pêcheurs au terme de cinq étapes qui seront ramenées à quatre l’année suivante .Mais des difficultés insurmontables à cette époque contraignirent les organisateurs à y renoncer à partir de 1968. 
J’ai voulu faire renaître cette merveilleuse expérience qui,sans doute,a eu d’illustres prédécesseurs,mais à la quelle j’ai tenu à imprimer ma marque,sur des bases nouvelles, avec une réorganisation de la compétition. Cette dernière se déroulera en cinq jours,en cinq étapes. 
Cette passion pour la mer,je la dois à mon père. Marin pêcheur,puis officier de la marine marchande,il me communique très tôt,non seulement l’attrait des sports nautiques, mais aussi sa considération pour ces hommes à la fois si familiers et singuliers.les marins pêcheurs. 
Il m’a appris à apprécier les valeur de solidarité et de générosité dont ils sont porteurs ; ainsi que cette sagesse empreinte de gravité qui les caratérise. 

Image de prévisualisation YouTube
Mais ma fascination et mon exaltation pour les courres de yoles viendront peus de temps après ma formation en France en tant que publicitaire.j’ai découvert ce que la course de yolles recelait de connaissances, de techniques, de jeu Ce spectacle fascinant tenait de la légèreté du ballet et de la rigueur des manouveres militaires. Les yoles, . voile au vent , evoluaient en gracieuses arabesques devant des spectateurs transportés. J’ai compris I’intérèt qu’il y aurait à mieux exploiter ce legs précieux venant des humbles hommes de la mer, pour Ie rayonnement de la Martinique. 

Image de prévisualisation YouTube
Ma premiere yole s’appellera « Evinrude » et s’ajoutera à « Vini oué ça , I chapé » etc … 
C’est à Sainte-Anne que j’inaugurerai ma première participation aux courses de yoles rondes ; LAGIER Felix, patron de la yole « Boeing », remportera la compétition. 
Je ne devais pas en rester là. J’ai proposé aux marins pêcheurs de relever un défi amical à ma seule initiative et sur mes fonds propres, d’une autre course qui se déroulera cette fois à Sainte-Luce. L’originalité était d’associer les yoles, les gommiers, les canots à rame et à moteur, et c’est la première fois qu’on les voyait tous se mouvoir Ie même jour, sur Ie même plan d’eau. Le succès dépassa tout ce que I’on pouvait imaginer, au point où, dès midi, la ville de Sainte-Luce n’avait plus rien à offrir à boire ni même à manger à la foule venue de partout. 
Monsieur François EMICA, directeur de I’information à RFO, station convieée à cette manifestation, nous suggéra alors la création d’une association. Cette dernière « Yoles et Gommiers de la Martinique », dont je devins président, parut au Journal Officiel, Ie 18 Fevrier 1972. Elle devint « Societe des Yoles Rondes « , Ie 30 Janvier 1981, ceci après la séparation d’avec les gommiers. 
Je tiens a rendre hommage à Bernadin LOISEAU, qui m’aida beaucoup durant toute cette période. Fils de marin pêcheur, il était originaire du François et exerçait la profession de marin riavigateur ; devenu disponible à I’âge de la retraite, ce fut un très efficace secrétaire de la Société dont il démissionna par la suite pour raisons personnelles; mais il continua à oeuvrer à son épanouissement, en relatant dans Ie quotidien « France Antilles », Ie déroulement de nos différentes manifestations. 
Les courses de yoles se pratiquaient Ie plus souvent lors des fêtes patronales et étaient sponsorisées par les municipalités ; elles I’ont été aussi parfois par l’Office Départemental du Tourisme. 
Des années après, au cours d’un déjeuner entre amis, en Janvier 1985, je fis part de mon intention d’instaurer chaque année, comme activité principale de la Société des Yoles Rondes, Ie tour de la Martinique. Ce projet parut insensé. C’était sans compter sur ma détermination à atteindre mes buts. 
II a fallu s’affranchir de I’hostilité de la majorité des membres de la Société des Yoles Rondes dont j’étais le président, convaincre certains propriétaires dubitatifs, et faire face a des obstacles à la mesure de cette ambition exceptionnelle. 
Le dépôt à I’lnstitut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) me consacrera fondateur du Tour de Martinique des Yoles Rondes…

SOURCE : GEORGES BRIVAL YOLES MARTINIQUE 1er TOUR YOLES MARTINIQUE 
Du 11-au -15 Août 1985

SI VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS, CLIQUEZ ICI :

http://www.manomerci.com/georges-brival.ws

pas de réponses

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus