Marcel CHANTELY 

Vign_MARCEL------_ws1021828903

Son enfance, passée dans Ie quartier Tracée de Trinité, où il est né en 1926, est rythmée au son de son pipeau. Son oncle, Georges, a en effet décelé très tôt les aptitudes musicales du petit Marcel et l’initie a la musique. L’enfant decouvre, enregistre, progresse et bientôt l’instrument n’ a plus de secrets pour lui.

Image de prévisualisation YouTube

Alors, en cachette, il s’essaie sur la flûte traversiere, fraîchement acquise et encore rutilante, de son onele. Sa passion ne fait que croitre : il economise pour s’ acheter enfin un saxophone Beuscher et se forme tout seul. II s’inspire des noms connus de la musique typique, fait des progrès étonnants et son onele, toujours à l’ écoute de son protégé, l’intègre dans la petite formation Chantély qu’il vient de constituer pour animer quartiers et région. Une prestation donnée à Trinite, en 1947, sera Ie point de départ d’une nouvelle aventure. 

Edouard Lomel, leader de l’ orchestre Swing King, venu les écouter discrètement, est d’abord surpris puis littéralement emballé par leur savoirfaire. II part à leur recherche, arpentant Ie quartier Tracée. Un accord est vite conelu et Edouard Lomel fait répéter à Georges et Marcel quelques titres de son répertoire leur faisant par la aussi ameliorer leur technique. Marcel restera dix ans dans la formation Swing King, son onele un peu moins. Marcel Chantely intègre ensuite l’ orchestre de 
Maurice Chanvert jusqu’au départ de celui-ci pour la métropole. Puis il passe dix mois aux côtés des Wabap’s pour accompagner ensuite Pierre Louiss au Lido une année durant. 

C’est alors que débute son aventure avec I’Ensemble Abricot que viennent de fonder trois hommes décidés : Julienne, Joachim Iréné et Ester. Accompagnes du tromboniste Daniel Ravaud. il contactent Marcel Chantély un soir, alors qu’ il est libre de tout contrat. lIs s’ entendent, s’ accordent et engagent les premières répétitions à l’ Abricot Palace, qui devient vite un local à la mode de la commune de Saint-Joseph. La popularite aidant, l’ensemble déménage et rejoint la très célèbre Bananeraie qui attirait à l’époque tous les noctambules martiniquais et qu’animaient bon nombre d’orchestres haitiens. La reputation de Marcel Chantely n’aura fait que 
croître de même que Ie nombre de sollicitations dont il aura fait l’objet. C’est ainsi qu’il participe a l’ orchestre Perfecta au tout debut de sa creation avec les musiciens Daniel Ravaud au trombone, Tigus Nodin à la trompette, Alex Cayol au piano, Dady-Pulval aux percussions, José Doré à la basse, Philippe Norbert à la guitare, Raoul Lordinot au saxophone. II continue par la suite avec l’orchestre des Play-Boys puis des Leopards de Saint-Pierre.

C’est aussi Ie temps de la réflexion. Marcel Chantély fait Ie bilan de sa carrière sociale et musicale. II travaille comme agent commercial au Gros-Morne et subvient aux besoins de sa famille. Mais cela ne Ie satisfait que moyennement. II prend alors Ie parti, certes difficile, de quitter son pays et de gagner la métropole et la 
region parisienne. De jour il prépare les commandes passées à un laboratoire du quinzième arrondissement, de nuit il vit au rythme des noctambuIes parisiens, à La Creole où l’ a engagé, dès son arrivee, Eddy Gustave. Un an plus tard, il est sollicite par Harry Gatibelza qui dirige l’ orchestre de La Canne  à Sucre, Ie célèbre cabaret antillais de la capitale. Mais il lui devient de plus en plus difficile de concilier Ie travail et les activités nocturnes.

II lui faut encore une fois faire un choix difficile. II laisse alors parler sa seule passion : la musique, qui Ie cons acre artiste professionnel. Quatre annees durant, les notes de son saxophone feront vibrer La Canne à Sucre, Ie temps d’un contrat. Libre de tout engagement il passera d’un ballet antillais à un autre, jouant pour celui de Love Nelson, de Maurice Jallier (groupe Créolita) ou de Célestine (Ballet de France). II est aujourd’hui ala retraite et partage son temps entre la metropole et la Martinique où il anime quelques piano-bars et de nombreux bals en compagnie de musiciens tout aussi célèbres que Simon Jurad ou Jeannot Guyoule. £t ses enfants ? lIs suivent eux aussi les traces de leur père et sont tous des musiciens confirmés : Dany est batteur et guitariste, Charles, guitariste et preneur de son et Moïse saxophoniste et batteur. 
Après une longue maladie, Marcel Chantély nous quittera, sur un air de Saxophone, Ie Vendredi 4 Novembre 1994.

Lire le Grand Livre Des Musiciens Créole
Tome I
Sully Cally
http://www.sully-cally.com/Livre-10-GRAND_LIVRE_DES_MUSICIENS_CREOLES_TOME_1.html

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS – MERCI :

http://www.manoradiocaraibes.com/marcel_chantely-nou_ka_sonje.ws

pas de réponses

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus