Mighty Sparrow 
Vign_the_mighty_sparrow_temp_ws1036000120

Mighty  Sparrow (Slinger Francisco, 9 juillet 1935)
est né à Grand Roy,un village de pêcheurs sur l’île de la Grenade, d’une famille pauvre. « The Calypso 

Kingof theWorld » est, avec Lord Kitchener,l’artiste qui a dominé Ie calypso après la Deuxieme Guerre 
mondiale. Utilisant largement la formule musicale qui a fait Ie succès de son grand rival, iI reste vivre 
principalement à la Trinité (Kitch était exilé en Angleterre). II est réputé pour ses paroles drôles, 
à I’occasion très crues, qui confinent parfois à la vulgarité, comme par exemple ici dans Reply to 
Melody. Sparrow a gagné Ie concours du Carnaval Road March huit fois, soit deux de moins que Kitch. 
Mais comme lui, iI n’est jamais parvenu à atteindre Ie grand public comme Harry Belafonte a pu 
l’accomplir (notamment en choisissant un répertoire aux paroles moins explicites). II a apporté 
une nouvelle sensibilité au calypso. 

Image de prévisualisation YouTube

Sparrow a débarqué à la Trinité à l’âge d’un an. II est choisi pour chanter baryton et ténor, en latin, 
dans Ie choeur de garçons (chants grégoriens, cantiques) de l’école oatholique de St-Patrick. II écoute 
aussi du calypso, des groupes vocaux américains, et les vedettes de son temps: Nat « King » Cole, Frankie 
Laine, Sarah Vaughan, Ella Fitzgerald, Frank Sinatra, etc. à 14 ans, il rejoint un steel band du 
quartier. II a pour habitude de gesticuler sur scène, contrairement à ses concurrents, plus statiques. 
Plus âgé s que Iui,les musiciens disent qu’il devrait se concentrer sur Ie chant plutôt que de se mouvoir 
comme un moineau.

Image de prévisualisation YouTube

Le surnom Mighty Sparrow (Ie moineau puissant), dit The Birdie, est resté. II 
rejoint en 1955 Ie groupe Gayap, qui soutient la candidature du futur Premier Ministre, Eric 
Williams. Son succès coïncide avec l’élection de Williams quand, a dix-neuf ans, il remporte son 
premier concours de la Carnaval Road March en 1956 avec]ean and Dinah (qui sera repris avec 
succès aux Etats-Unis par Robert Mitchum en 1957), I’année du succes mondial de Belafonte, 
qui I’enregistrera a son tour en 1972. La chanson met en scène des prostituées qui vendent leurs 
services aux soldats américains : la guerre est finie, iI n’y a presque plus de soldats et Sparrow peut 
« toutes les avoir gratuitement ». II ne reçoit que quarante dollars pour tout prix, et organise l’année 
suivante une grève suivie par la moitié des palticipants, qui boycottent Ie concours. II enregistre la 
chanson Camaval Boycott et monte un syndicat de musiciens. II refuse la compétition pendant trois 
ans tout en se produisant en parallèle du carnaval officiel. II remporte malgré tout Ie concours en 
1958 avec P.A. Y.E. (pay as you earn), qui explique au peuple Ie fonctionnement des impôts et fait écho 
à une campagne du parti de droite élu, Ie PNM. Deux autres chansons ont autant de succès à ce 
même carnaval :Teresa et Russian Satellite, où iI proteste contre Ie sort reserve à la chienne Laïka, 
cruellement morte de chaleur (la propagande disait a l’époque qu’elle avait été empoisonnée) dans 
Ie premier satellite de I’histoire à contenir un animal. 

Image de prévisualisation YouTube

Murder murder everywhere 
Thesepeople must ever care 
Murder murder everywhere 
I wish these people would ever care 
This time it’s realTyout of place 
Over a thousand mile in space 
Theypoisoned the food for the puppy 
OhLord this is more than cruelty 
Although they’re trying their best 
They’re all making a mess with the Russian 
satellite 
They should be all sent to prison for the dog 
that they poisoned in the Russian satellite 
Two spotnicks in the sky had everybody 
hypnotized 
Now I am very sorryfor the poor little puppy in 
the Russian satellite 
Sparrow ecrira aussi des chansons d’amour pour 
des fenunes de differentes origines: Espagne (Margarita), 
Inde (Marajhin), Suriname (Paramaribo 
en 1998), etc. Teresa est une serenade adressee 
a une fenune latine — et interessee, comme tant de 
ses personnages feminins. 
You’re worse than a dog Teresa 
Yeahyou bmak me heart 
This morning you take me dollar 
And now you’re playing smart 
This morning you come we talk we business 
quiet and soft 
Every time I come you’re making excuses and 

trying to put it off 
You’re bawlin’ now ‘Sparrow let me go 
Boy don’t hold me so 
Me mother will know 
Sparrow darling wait ’til tomorrow’ 
Teresa I love you 
And I always thinking ofyou 
Yo te quiero mucho 
I realTycan’t wait for tomorrow 

L’album « King Sparrow’s Calypso Carnival », dont plusieurs titres de cette anthologie sont extraits, est 
publié en 1958. ilcontient Ie délicieux Short Little Shorts, qui relate qU’un policier arrête une jeune 
femme portant des bermudas trop courts, et que Ie gouverneur, amoureux d’elle, fait changer la loi 
pour autoriser Ie port des shorts courts. Dans No More Rocking and Rolling, Sparrow raconte que Ie rock ‘n’ roll souffre de la popularité du 
calypso. 

I said caTypsosweeping the place like if she 
come out of space 
Mama caTypsosweeping the place like if she 
come out of space 
I can remember rock and roll 
Had the whole place under control 
Since caTypsoleave Trinidad 
Rock and roll realTysuffering bad 
No more rocking no more rolling 
No more jumping up like afool 
Whether you’re crazy or lazy 
Man you just got to take it cool 
This is caTypso 
And everyone know 
It is strictTy rhythm and rhyme 
Whether young or old 
Jump in the line 
And shake your body in time! 

Sparrow cherche a toucher Ie public americain et part pour NewYork en 1958.il avait déjà enregistré 
pour la marque americaine Cook, mais avec l’aide de Belafonte, il est engagé par RCA Victor, une 
marque américaine qui ne saura pas bien exploiter son calypso populaire, cru et proche de la rue. En 
revanche à la Trinité, son succes est considérable. II lance alors sa propre marque de disques, National 
Records (album « The Slave »), distribués en Angleterre par les disques Island. Dans au moins 
deux chansons (William The Conqueror et dans Leave the Damn Doctor en reponse a une critique 
chantée par GrowlingTiger) il soutiendra ouvertement 
Eric Williams et Ie PNM (People’s National Movement), Ie parti conservateur de droite élu en 
1956 (Ie PNM restera aux affaires jusqu’en 1986) 
qui obtiendra I’indépendance du pays en 1962. Avec ses paroles soignées et ses interprétations 
splendides, Sparrow trouve un public en Grande- Bretagne, et remporte la Road March de 1960 avec 
Ten to One Is Murder (qui relate un incident où Sparrow a été accuse d’avoir tire sur un homme). 
Son morceau CongoMan (1965), Où il se moque des Africains, qu’il associe au cannibalisme, et des 
femmes, créera une polémique de plus. Chaque année, MightySparrow produira un album ou une 
série de chansons retentissante, remportant les championnats en alternance avec Lord Kitchener 
jusqu’au retour de celui-ei ala Trinité en 1962. à la fin des annees 1970, il passera lui aussi au style 
soca, et continuera a dominer la musique populaire trinidadienne jusqu’aux annees 2000. Mighty 
Sparrow a fait de nombreux émules, comme The Sparrow, dont Ie nom prête à confusion. On 
I’entend ici interpréter Ie classique Brown Skin Girl, que Harry Belafonte reprit sur son célèbre 
album « Calypso », et un standard populaire dans Ie répertoire mento jamaïcain, Hal ‘Em joe. Comme 
d’autres chansons de cette anthologie, Brown Skin Girl se refère au comportement des soldats américains, 
qui en garnison à la Trinité ne reconnaissaient pas toujours leurs enfants nés de rencontres éphémères. 
.SOURCE : Article de Bruno BLUM 

Frémeaux & associés 

SI VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS, CLIQUEZ ICI-MERCI :

http://www.manoradiocaraibes.com/mighty_sparrow___la_langue_creole.ws

pas de réponses

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus